Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (af) POÉSIES DE MON CŒUR (i)
Vous pouvez aussi lire ce poème sur WordPress.
Aide (a)Conseils (a)Propos (a)Conseils (af)
Actualité du site, infos, etc. (a) Actualité du site, infos, etc. (af) Bouton

Renaissance

*** Renaissance (a)
*** Renaissance (i)
Je repense à toi, ma vie,
Appuyé sur le balustre
De mon balcon. Quelle envie
De remuer tous ces lustres ?
Tant d'années derrière moi
Tant de faits, de circonstances,
Tant de larmes, tant d'émois,
Tant d'efforts avec constance
Pour vivre le cœur content
Mais dessous la devanture
L'âme pendant tout ce temps
Préparait cette aventure,
Celle de ce grand moment
Où, souvenirs en partance,
Gamin, frère, père, amant,
On songe à son existence.
Puisqu'il faut, semble-t-il, qu'on
Le fasse et qu'on s'y illustre,
Pour moi c'est sur mon balcon,
Appuyé sur le balustre.
Six ans et six décennies,
C'est de mes jours la dépense
Et je suis sûr que, honni
Soit celui qui mal y pense,
Honni sois-je si je mens,
Je me dois en conscience
D'accueillir les changements
Avec force et patience
Dont, jamais au dépourvu,
Mon âme avait connaissance
Parce que c'était prévu
Avant même ma naissance.
Les cieux là-haut me l'ont dit :
Les astres pour l'an qui marche,
Incollables érudits,
Me parlent, vaste démarche,
De changer fortissimo
Pour tirer la quintessence
De ma vie, en d'autres mots
Ils parlent de renaissance.
Pour renaître il faut mourir
Et, fut-elle symbolique,
Si rien ne sert de courir
Après la mort, c'est folie qu'
Vouloir changer son Destin :
Il est temps que je renaisse,
Une flamme en moi s'éteint,
Une autre m'embrase. N'est-ce
Pas la règle du vivant ?
La vie n'est rien que mouvance,
On repart en arrivant,
C'est ainsi que l'on avance.
Et l'amour, ce grand discret
Au cœur de tant de poèmes...
Raconte, amour... Quel secret
Faut-il percer pour qu'on aime ?
Qu'importe, les astres m'ont
Prédit, plaisante merveille,
La renaissance en amont,
En aval l'amour qui veille.
« Au bord du fleuve de vie,
Il est grand temps que tu cueilles
Les fruits de l'amour ravi
Qu'enfin ton âme l'accueille ».
Ainsi parle l'Univers,
Seul maître dans son empire,
C'est lui qui dicte ces vers
Au poète qu'il inspire,
Le poète, cœur léger,
Appuyé sur le balustre
De son balcon, à songer
Sans rancœur à tous ces lustres
Un matin de mars, qui est
Le mois de la renaissance,
L'âme en paix, le cœur quiet
Et pleins de reconnaissance.
Annonay, mercredi 29 mars 2023
Signature (a)
Signature (i)
Icône du volume (a)