Vers le haut de page
Vers le bas de page

POÉSIES DE MON CŒUR (a) POÉSIES DE MON CŒUR (af) POÉSIES DE MON CŒUR (i)
Vous pouvez aussi lire ce poème sur WordPress.
Aide (a)Aide (af)Conseils (a)Conseils (af)Propos (a)Propos (af)Conseils (af)
Actualité du site, infos, etc. (a) Actualité du site, infos, etc. (af) Bouton

Voir

*** Voir (a) *** Voir (af) *** Voir (i)
Elle m'a dit : « Pardon si je vous interpelle,
C'est égal, j'ai été trop empressée de voir ;
Je vous veux faire don, fabuleuse étincelle,
D'aucune qualité qu'il vous plairait d'avoir
Si vous me délivrez.
— Voir quoi, ma toute belle ?
Quelle est cette étincelle uniment évoquée ?
Si vite à vous livrer, d'esprit fort peu rebelle,
Sans doute êtes-vous celle, en ce moment choquée,
Que je devais choisir par ce matin d'octobre
D'aider (1). Ma chère, allez, soyez bénie des Dieux,
Soyons prompts à agir et de mots soyons sobres :
Prête à vous envoler, faites-moi vos adieux ».

Mais elle n'était pas de ces gens sans parole.
« Ce don que j'ai promis, je dois vous le passer.
S'il est quelques appas à tenir quelque rôle,
Dites-moi, brave ami, vous serez exaucé.
Vous ferait-il plaisir de sortir invisible ?
Vous plairait-il demain d'être à nouveau marmot ?
Aimeriez-vous saisir le langage impossible,
Qu'ont perdu les humains, de tous les animaux ? »

Je l'avoue, ce n'est pas chaque jour qu'à paraître,
Telle ayant tels pouvoirs se complaît ; en effet,
Celle dont le trépas était prévu pour être
Trop empressée de voir (voir quoi donc ?) était fée.

« Eh, je vous remercie d'être celle qui pense
À vouloir honorer son humble sauveteur
Mais soyez sans souci : ma seule récompense,
C'est celle que j'aurai, d'être bientôt l'auteur
D'un poème narrant cette étrange aventure,
D'une fée diffamée qu'un lacis étreignait
– Qui tout en vous tirant d'une triste posture
Certe a dû affamer une pauvre araignée.
Mon poème est complet, je vous salue ma chère ;
Ce qu'il sied de savoir, petite fée dorée,
Souffrez que, s'il vous plaît, je vous le die (2), peuchère :
Gare à qui cherche à voir ce qu'il doit ignorer ! »
Annonay, mercredi 25 octobre 2023
(1) Le poète retire délicatement la petite créature de la toile où elle était empêtrée.
(2) Die, ancienne forme du verbe dire au subjonctif pour : dise.
Ce poème fait partie d’une série écrite sur un cahier quand j’étais dans un établissement de soins. Chaque poème est agrémenté d’une illustration de l’auteur, façon naïve. La date réelle de rédaction de ce poème est : lundi 18 septembre 2023.
Signature (a)
Signature (i)
Icône du volume (a)